Accueil

S’ouvrir sur le monde…

Nous, Angélique et Vincent, sommes deux amoureux de voyages et de grands espaces, avides de rencontres et d’aventures. Le départ est prévu en septembre 2012 pour un périple de 15 mois à vélo couché !

Objectif: pédaler le long des Andes de Quito à Ushuaia, puis changement de continent pour suivre les méandres de la mythique Route de la Soie de Turquie jusqu’en Inde, soit environ 18000km pour 14 pays traversés.

15 mois pour bousculer les habitudes et les idées reçues, pour satisfaire notre curiosité, pour découvrir des lieux mythiques, pour prendre le temps, et surtout pour s’ouvrir aux autres, ouvrir notre esprit et nos sens…

Le vélo nous parait être le moyen de locomotion le mieux adapté à notre voyage, nous pensons en effet qu’on ne peut pas voyager bien et vite. Il faut du temps pour s’imprégner d’une culture et d’un pays. Le vélo nous rend accessibles et nous permet de voyager au plus près des populations locales. Pour plus de confort nous partirons sur des vélos couchés.

Ce voyage sera à la fois un défi physique et mental puisque nous prévoyons de pédaler 18000 km à travers les plus hautes chaînes de montagnes du monde, avec 30kg chacun dans nos sacoches. Mais en plus de porter notre « maison », et afin de donner un sens plus profond à notre aventure, nous souhaitons aussi porter un message.

… et porter un message dans les écoles : le développement durable

Nous nous sommes associés à des classes de CE2 dans 3 écoles de la Côte Bleue afin de sensibiliser les élèves au développement durable. En juin nous organiserons des ateliers pédagogiques sur l’eau, les déchets et l’environnement, et des sorties scolaires en relation (station d’épuration, déchèterie, opération de nettoyage Garrigue Propre).

Notre départ en septembre 2012 coïncidera avec la rentrée des élèves en CM1, et pendant un an nous rendrons visite à des écoles à travers le monde. Nous servirons de messagers entre les écoles à l’étranger et les écoles françaises : les élèves pourront ainsi comparer leurs modes de vie et seront sensibilisés à la préservation de l’environnement.

Après notre retour en novembre 2013, nous viendrons échanger nos impressions avec les élèves maintenant en CM2. Notre objectif étant d’amener les écoliers à se rendre compte que le modèle de développement occidental, basé sur une consommation intensive des ressources, n’est pas un modèle de développement durable si on pense global.

Nous partagerons ensuite notre expérience au travers d’expositions/conférences dans les communes partenaires. De plus un film documentaire sur notre voyage sera réalisé et proposé à des festivals de voyage ou d’aventure.

Afin d’officialiser notre projet, nous avons créé l’association « Des Andes aux Indes ».

Mettez vous à votre aise pour naviguer sur le site et suivre nos aventures!

 

Retrouvez nous sur Facebook!

Publicités
8 Commentaires

8 réflexions sur “Accueil

  1. Bonjour, je suis Françoise de http://www.direction-ushuaia.com. Bravo pour votre projet. J’ai quelques remarques dont j’espère vous ne me tiendrez pas rigueur (mais vu mon grand âge je me le permets…) : la première : je pense sincèrement qu’un an c’est trop court pour réaliser un tel projet, même si moi je suis très lente et même si les vélos couchés sont rapides… Deuxième remarque, vous vous en rendrez compte par vous-même, le développement durable est un « luxe » de nos pays riches, dans les pays d’Amérique latine la priorité est ailleurs… Quelques exemples : organiser un ramassage des ordures au Vénézuela, en Colombie réparer le matin la route ques les pluies ont détruite pendant la nuit, au Pérou les construire ces routes, en Bolivie, là la Bolivie c’est la catastrophe… Déjà installer des toilettes… En Argentine beaucoup roulent avec de vieux tacots, alors le développement durable… Les chiliens eux, une autre histoire, quand un tremblement de terre, un tsunami ou une éruption volcanique détruit tout en quelques secondes… Ceci étant dit vous serez étonnés de voir les milliards d’affiches sensibilisant la population sur le « milieu ambiant »… Encore une remarque, mais là peut-être je touche à l’un de vos jardins secrets, le sens profond de votre projet n’est-il pas ailleurs ? N’est-il pas bien plus grand encore que de promouvoir le développement durable ? Allez bon vent et que ce périple vous apporte encore plus que ce que vous en attendez… Sincères amitiés

  2. Bonjour Françoise, et merci pour votre visite. Nous n’avons que 15 mois c’est vrai, durée maximale accordée par nos employeurs pour un congé sabbatique, mais nous pensons que l’objectif que nous nous sommes fixé est réaliste et faisable. Nous prévoyons en effet de « zapper » les routes / régions qui nous intéressent moins en faisant le trajet en bus (ex le long de la Panaméricaine au Pérou, puis de Santiago a Pucon au Chili etc…).
    En ce qui concerne le développement durable, nous ne voyons pas les choses la même manière. Dans les pays dits moins développés les gens ont plus naturellement tendance à faire attention aux choses et à ne pas gaspiller (ex l’eau quand il faut aller la chercher au puits ou à la source, les vêtements quand on en a très peu de rechange etc…) et c’est cette image la que nous voulons ramener en France aux écoliers. Bien sur les problèmes environnementaux existent mais nous pensons que chacun, à son échelle et quelque soit son niveau de vie, peut agir à préserver son environnement. Il ne faut qu’un peu de motivation et d’organisation pour que les habitants d’un village se mettent d’accord à entasser leurs déchets dans un unique lieu, au lieu de les disséminer partout le long des rues. Idem pour l’eau : ne pas faire la lessive directement dans le ruisseau mais dans une bassine à coté etc…
    Enfin, bien sur ce voyage nous l’accomplissons en premier lieu pour satisfaire notre soif de découverte et d’ouverture sur le monde, mais nous sommes très attachés à partager ce voyage avec les enfants, et rien que la préparation d’un tel projet est déjà très enrichissante.
    Quoiqu’il en soit bonne continuation sur les routes, et encore bravo pour le chemin parcouru !

    • Bonjour Angélique et Vincent, je suis militaire, encore en activité et passionné de vélo couché, j’ai eu la chance de vivre plusieurs années au Pérou, et je pense connaitre assez bien l’Amérique du Sud, vous allez vivre une trés belle aventure, vous allez connaitre des terres sauvages et la nature à l’état brut. Je rejoins Françoise sur ses réflextions au sujet du développement durable, néanmoins j’ai découvert au Pérou des pratiques concernant par exemple la collecte des déchets verts , mais aussi le recyclage des matériaux ,qui, il y a 17 ans étaient déjà instaurées dans la capitale Lima et que je n’ai jamais connues en France métropolitaine et encore moins en outre mer.
      Dans ces pays émergeants les moindres matériaux sont des mines d’or, les voitures, on les fait durer, le développement durable c’est aussi de consommer plus juste. Dans ce périble j’espère que le temps qui vous est imparti vous sera suffisant pour découvrir ces richesses. Je vous souhaite tout plein de bonheur et de réussite, que la force et la sagesse vous accompagne.
      Carpe diem.
      Eric

      • Bonjour les futurs andins, je vous conseille de faire un detour par le parc des Alerces en Patagonie argentine, pour moi un exemple de respect de la nature tout en faisant tout pour en faire profiter les humains que nous sommes, bisous a vous

      • Merci beaucoup Eric pour votre message et vos encouragements!

  3. Bonjour à tout les deux!

    Je viens de découvrir votre blog sur le site d’Azub, une autre Angélique avec aussi une chemise rose et qui va voyager avec le même vélo… curieuse je suis venue voir :p

    Tout comme Françoise, 18 000km en un an ça me semble très ambitieux… d’autant plus que si vous êtes avec des vélos couchés tout suspendus vous devriez être bien plus lents que des vélos droits sur le terrain (très) vallonné d’Amérique du Sud (en tout cas c’est notre cas).
    Si vous avez l’occasion, emmenez une patte de dérailleur de rechange, ce n’est pas standard… on s’en est rendus compte après en avoir tordu une. On a redressé et on croise les doigts pour que ça tienne. Azub nous en a renvoyé 2 gratuitement… mais ils se sont trompés de version et l’envoi suivant n’est jamais arrivé.

    Si vous voulez suivre à fond la logique du développement durable, il est possible de faire au moins une partie des trajets en cargo. ça prend du temps mais c’est moins polluant (le cargo fait de toute façon le trajet pour les marchandises, votre présence à bord ou non n’y change rien) et permet de découvrir la vie à bord.

    Il y a des chances qu’on se croise en route, on peut essayer de se tenir au courant de nos avancées, si ça vous dit. Nous pensons terminer en Colombie en Avril.

    Bonne préparation et bonne route!

    Angélique (et Rémy)
    http://www.verslhorizon.wordpress.com

    • Bonjour Angelique et Remi,

      Et oui ce serait sympa de se croiser en route, vous etes ou en ce moment? Vous remonter vers l’Equateur c’est ca?

      On aura 14 mois 1/2 sur la route, on verra bien une fois partis si notre moyenne kilometrique est compatible avec les 18000km envisages, mais si ce n’est pas le cas on ne se fait pas trop de soucis, sachant qu’il est toujours possible de mettre les velos dans le bus pour un saut de puce!

      Pour la pate de derailleur, Azub nous avait effectivement recommande d’en prendre une de rechange, on a donc ce qu’il faut!

      Et pour le Cargo, nous ne partons pas contrairement a vous pour une duree indeterminee, ce n’etait donc pas envisageable de passer 1 mois sur un cargo a l’aller, et de meme au retour. Et puis on se dit que notre consommation en energie sera bien faible au cours de notre voyage et compensera largement celle utilisee par les trajets en avion.

      Tenez nous au courant de votre itineraire!

      Angelique & Vincent

  4. Avec 14 mois et demi ça semble déjà plus réaliste qu’en 1 an 😉 Après ça dépendra de votre forme, de l’itinéraire et si vous faites beaucoup d’autres choses que du vélo.

    Là on est à Asuncion, on a laissé nos vélos à Santa Cruz (Bolivie) il y a 2 semaines pour aller jusqu’à Iguaçu en bus vu que ce n’était pas du tout sur notre itinéraire mais qu’on ne voulait pas louper ça. On y est allés par le Brésil et on rentre par le Paraguay.

    Après on pense utiliser les 50 jours qu’il nous reste en Bolivie… il y a tellement de choses à voir/faire dans ce pays puis 3 mois au Pérou, 2 mois en Equateur (avec normalement passage aux Galapagos… une entorse à notre objectif de départ de ne pas prendre l’avion) et enfin 2 mois en Colombie. J’imagine que si on se croise ça devrait être en Equateur ou au Pérou.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :