Chili, l’heure du bilan…

Après presque 5 semaines passées au Chili, voici un petit bilan ! Cependant nos impressions ne sont le reflet que de ce nous avons pu voir, soit une bien mince partie du pays puisque nous nous sommes concentrés sur la Région des Lacs et la Patagonie uniquement.

Ce qui nous a marqué

  • Pas de grosses différences avec l’Argentine puisque le pays est lui aussi très européanisé. L’Argentine nous faisait penser à l’Italie, alors que le Chili se rapproche plus de l’Allemagne.
  • Les Chiliens aiment tout autant le camping et les barbecues que les Argentins, et les jeunes voyagent aussi beaucoup, souvent avec peu de moyens et beaucoup de débrouille (on a rencontré des cyclistes chiliens qui s’étaient fabriqués eux-mêmes leurs sacoches avec de la toile de camion !). Autre point commun avec l’Argentine: le goût immodéré des Chiliens pour les kilomètres de barbelés !
  • Une différence cependant, et de taille, finis les « checheche » : même si les Chiliens parlent vite, au moins ils prononcent l’Espagnol « normalement ».
  • La région des lacs est plus rurale et plus authentique que la partie argentine, sauf à Puerto Varas qui fait penser par ses chalets de luxe aux villes argentines de Bariloche et de San Martin de los Andes.
  • Bien que Puerto Montt soit une ville productrice de saumon, impossible d’en trouver au supermarché qui ne vend que du poisson surgelé !
  • Les panneaux qui annoncent montées et descentes sont d’une très grande créativité, il faut croire qu’il y a un artiste peintre à la DDE chilienne ! La voiture dessinée est parfois un 4×4, un vieux buggy, une voiture de course, un camion, … en fait il n’y a pas 2 panneaux identiques ! La pente est aussi parfois très exagérée.

Meilleurs & pires moments 

  • Meilleurs moments : se goinfrer de cerises et framboises sauvages au bord des routes, et la gentillesse de Girardo qui nous à invités à passer quelques temps au chaud dans la cabine de sa niveleuse alors que le vent dépassait les 100 km/h et nous empêchait de pédaler et même de pousser les vélos !
  • Pires moments : le vent terrible de la Terre de Feu qui nous a obligés à faire du stop 3 jours de suite. On a parfois eu l’impression de rouler en pleine tempête, et quand le vent était de côté ou de face impossible de pédaler. En 2ème position : les tabanos ! Ce sont des sortes de taons énormes qui ne nous laissent pas un moment tranquilles lorsqu’on pédale. Nous avons dû les supporter dans la région des lacs et sur l’île de Chiloé : on ne peut les semer que dans les descentes à plus de 30 km/h, le reste du temps on essaye de les tabasser !

Contact avec les gens

Les gens de Patagonie et de Terre de Feu sont très accueillants malgré l’isolation et la rudesse du climat. Ils aiment leur région et sont fiers d’y vivre. Sur la Carretera Austral, alors que nous nous installions au bord de la rivière pour bivouaquer, nous avons eu la visite des gauchos à cheval vivant à côté : nous étions en fait sur leur terrain mais ils venaient juste dire bonjour et s’assurer que tout allait bien. En Terre de Feu, nous avons bénéficié plusieurs fois de l’aide des gens qui nous ont pris en stop, ou nous ont accueillis dans leur ferme pour que nous y plantions la tente. Toujours avec le sourire et même avec humour : il paraît que si les « vieux » de Terre de Feu marchent pliés en deux sur leur canne, c’est d’avoir trop lutter contre le vent toute leur vie!

Sur la route

  • Rien à signaler du côté des vélos, ils ont supporté les pistes de la Carretera Austral sans problème !
  • Côté circulation, les Chiliens sont d’une manière générale bien plus respectueux des cyclistes que leurs voisins argentins ! Ainsi rouler sur les petites routes de la région des lacs fût un réel plaisir. A Puerto Montt, on n’en revenait pas de voir les voitures s’arrêter aux passages piétons, on n’avait encore jamais vu ça en Amérique du Sud ! Sur la Carretera Austral, c’était plus mitigé, les 4×4 ou les bus ont tendance à s’impatienter derrière les vélos et certains roulent à toute vitesse et prennent les virages en dérapage sans réaliser qu’ils risquent de nous envoyer des cailloux dans la figure !

Nourriture

Les chiliens, tout comme leurs voisins argentins, consomment beaucoup de maté et adorent les barbecues et les empanadas ! Ces dernières sont plus grosses et avec une pâte plus épaisse que celles d’Argentine, on les préférait avec la pâte plus fine.

Au Chili, si on ne trouve pas de facturas (viennoiseries) comme en Argentine, on trouve en revanche dans les grandes villes des pâtisseries délicieuses : on se rappelle encore de l’énorme forêt noire dégustée à Puerto Varas ! La région des Lacs ayant vu une vague d’immigration allemande dans les années 1850, on vend aussi partout des küchen (tartes aux fruits). Enfin en parlant de fruits, l’été au Chili, on se régale : cerises, prunes, pêches, abricots, fraises, framboises etc…

Les Chiliens sont aussi des grands amateurs de yaourts, on n’avait jamais vu une diversité pareille : on trouve des yaourts à toutes sortes de fruits, même aux fruits secs et aux noix, mais curieusement impossible de trouver des yaourts nature.

Environnement & Développement durable

En Patagonie, les habitants semblent très soucieux de l’environnement. Ils apprécient la beauté sauvage des lieux et sont ainsi majoritairement contre le projet de construction de barrages hydro-électriques de la compagnie HydroAysén. Le potentiel énergétique est en effet énorme puisque les eaux de la Patagonie chilienne constituent la deuxième réserve d’eau douce du monde, avec ses magnifiques rivières, lacs, et gigantesques glaciers! Un tel projet, s’il venait à se réaliser, aurait pourtant des conséquences très néfastes sur la biodiversité de la zone, puisqu’on y trouve des écosystèmes uniques au monde. De plus la ligne à haute tension associée aurait pour but d’approvisionner Santiago et le Nord du pays, soit une ligne à haute tension de 2300 km de long (la plus longue du monde !). Nombreux sont ceux qui refusent ce projet, d’autant plus que le Chili dispose de toutes les conditions favorables pour développer les énergies renouvelables non conventionnelles, ainsi le désert d’Atacama au Nord du pays pourrait fournir de l’énergie solaire et la capacité éolienne se prolonge sur tout le territoire.

Les autorités locales quant à elles sensibilisent les pêcheurs aux risques liés à la didymo, une algue qui prolifère très rapidement et dégrade les écosystèmes des rivières et des lacs.  Cette algue a en effet envahi l’île du Sud de Nouvelle Zélande en moins de 5 ans !  Des affiches encouragent donc les pêcheurs à vérifier, nettoyer et faire sécher leurs vêtements de pêche avant de se déplacer d’une rivière à une autre.

 

EN PRATIQUE

Dates : du 7 janvier au 8 février 2013, puis du 15 au 18 février, soit 33 nuits dans le pays. 27 jours de vélo.

Hébergement : nuits en hôtels : 4, nuits au camping : 19, nuits en bivouac : 7, nuits en bateau : 2, nuits chez l’habitant : 1 (bivouac à la ferme).

Budget : 18,6 € (11707 pesos) par jour et par personne, comprenant nourriture, hébergement, traversées en bateau, etc…  mais sans compter l’appareil photo qu’Angélique a dû racheter à Puerto Montt suite au vol de son appareil photo en Bolivie. Prix d’une chambre double en hôtel : de 12000 à 20000 pesos. Prix du camping pour deux personnes et une tente : de 5000 à 8000 pesos.

Infos: pour un accès internet facile et gratuit dirigez vous vers les bibliothèques municipales: il y en a dans chaque ville, même les plus reculées telles Villa O’Higgıns. Pour des cartes et plans de ville gratuits, c’est à l’office du tourisme qu’il faut aller: ıls peuvent aussı vous aider à trouver des hébergements pas chers.

Publicités
Catégories : Chili | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :