L’eau : une ressource de plus en plus rare sur la côte péruvienne

Toute la côte pacifique (plus de 2000km) étant naturellement désertique, de vastes programmes d’irrigation ont été mis en place. En particulier la culture de la canne à sucre dans la région de Trujillo, pour la production et l’exportation de bioéthanol, a pu se développer grâce à la technique du goutte à goutte. Cela semble pourtant une hérésie en plein désert, alors que la canne à sucre nécessite d’importantes quantités d’eau douce. Plus au Sud, dans la région d’Ica, c’est la culture d’asperges (toujours pour l’exportation) qui a été privilégiée, elle aussi pourtant trop gourmande en eau. De fait des nappes phréatiques majeures sont aujourd’hui menacées, alors que près de 70% des Péruviens vivent sur la côte Pacifique et souffrent souvent de problèmes d’accès à l’eau. La surexploitation agricole n’est pas seule en cause : la fonte des glaces de la cordillère et la diminution des précipitations sont d’autres facteurs aggravants. Les habitants d’Ica sont déjà considérés en situation de stress hydrique, et certains scientifiques estiment que si rien n’est fait, l’aquifère d’Ica, l’un des plus importants de la côte pacifique, pourrait avoir disparu en 2013.

Pourtant il y a de l’eau dans le désert péruvien, puisqu’une quarantaine de cours d’eau descendent de la cordillère vers la mer. Ceux-ci sont cependant souvent à sec en dehors de la saison des pluies, et la déforestation le long des cours d’eau n’a fait qu’aggraver le phénomène. Depuis des siècles l’homme avait pourtant su irriguer le désert, tels les Moche et les Chimú dans la région de Trujillo. Ils commençaient par arroser le sable du désert pendant un certain temps avec de l’eau riche en limon fertile (via un système de canaux) afin de le recouvrir le sable d’une couche de limon, à la suite de quoi ils parvenaient à faire pousser des arachides et du maïs. Depuis le siècle dernier, c’est le guano (excrément d’oiseaux), présent en quantité sur les îles rocheuses de la côte, qui sert à fertiliser le désert.

Lima quant à elle, avec ses dix millions d’habitants, est considérée comme étant la ville la plus étendue sur un désert (avant Le Caire), recevant en moyenne moins de 10 millimètres d’eau de pluie par an. Alors que le Nil traverse la capitale égyptienne avec un débit de 2800 mètres cube par seconde, le Rio Rimac, la rivière polluée qui traverse Lima, fournit 80% de l’eau de la métropole, pour un débit d’environ 30 mètres cube par seconde. Cependant, avec le réchauffement climatique et la baisse des précipitations, le Rio Rimac pourrait être à sec avant la fin du siècle. Pour prévenir une catastrophe, la ville est en train de construire un réservoir géant dans les Andes à plus de 4000 mètres d’altitude.

Dans les bidonvilles, un million de personnes n’ont pas accès à l’eau courante : celle-ci est livrée par camion citernes sans être traitée pour un coût 20 fois supérieur à celui du réseau d’eau potable, et de nombreux enfants souffrent de malnutrition causée par des parasites.

Publicités
Catégories : Newsletters & Reporages, Partenariat Ecoles, Pérou | Étiquettes : , , , , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “L’eau : une ressource de plus en plus rare sur la côte péruvienne

  1. Gérald & Betty

    Encore un exemple criant de l’aberration de cette production d’éthanol ! Et vous êtes la preuve vivante que nous avons en nous-mêmes une fantastique ressource énergétique, pour exploiter, entre autres, un merveilleux moyen de locomotion non polluant (même si un tel déplacement n’est pas à la portée de tous)… Merci pour vos récits, vos photos et BRAVO.
    Gérald

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :