Huaraz – Puno : col à 4000m, retour au Pacifique, capitale Inca et altiplano !

Huaraz – Barranca : un col et une descente… de ouf !

Le 28 octobre, nous quittons Huaraz et poursuivons la remontée de la vallée à vélos. Nous avions initialement pensé traverser la cordillère par un col à 4800m jusqu’à Huánuco, mais le mauvais temps en montagne et notre retard sur l’itinéraire nous  incitent plutôt à redescendre vers le Pacifique. Mais avant tout, il faudra franchir un col à 4120m ! Heureusement, les pentes au Pérou sont moins cruelles qu’en Equateur, et après notre trek nous sommes bien acclimatés. Nous ne souffrons donc pas trop dans la montée. Le col franchi, nous entamons une descente de 120km jusqu’au Pacifique ! Un vrai régal, nous enchainons les lacets, et ne donnons pas un coup de pédale pendant les premiers 80km ! La route descend la vallée du rio Fortaleza et en quelques heures nous retrouvons les plantations de canne à sucre dans le désert côtier : on aura dévalé 4200m de dénivelé et pédalé près de 170km dans la journée ! Ce ne sont pas les cols des Alpes qui offrent une descente pareille ! Malheureusement Vincent a loupé un virage dans la descente en voulant prendre une photo, et a dérapé sur les graviers en bordure de route : le vélo s’en sort presque indemne, mais le genou de Vincent est en sang ! Plus de peur que de mal, on nettoie tout bien, on met un bandage, et on poursuit. Il en sera quitte pour une bonne croûte !

Barranca – Lima – Cuzco : pliés en quatre dans un bus…

De Barranca, nous prenons un bus pour Lima 200km plus au Sud. La route longe la côte pacifique et traverse le désert : paysages monotones, déprimants et gris (le fameux brouillard côtier !) se succèdent, quand soudain la route se retrouve en équilibre sur le flanc d’une dune 200m au dessus de l’océan, impressionnant ! Une fois au terminal terrestre de Plaza Norte à Lima, nous comparons les prix des compagnies de bus allant à Cuzco : dommage pour nous les bus cama (bus couchettes) ont des soutes trop petites pour prendre nos vélos, nous devrons donc faire le trajet avec un bus « normal ». Nous réservons nos billets pour le lendemain, et on nous assure qu’il n’y aura pas de problème pour nos vélos car les soutes du bus sont grandes. Mauvaise surprise cependant quand le bus arrive le soir suivant : les soutes sont déjà au ¾ pleines et on refuse de charger nos vélos !?! L’agence rentabilise en fait deux fois son bus en expédiant du fret à l’autre bout du pays. Ce n’est pas ce qu’on nous avait dit donc pas question de se laisser faire : Angélique va voir la responsable et après avoir poussé une bonne gueulante obtient gain de cause : l’un des deux chauffeurs (ils sont deux à se relayer pour les 22h de bus qui nous attendent) ouvre une autre soute et retire son matelas pour faire de la place : nous hallucinons en découvrant que le chauffeur qui ne conduit pas dort dans la soute !!! Les pauvres devront donc se priver de sommeil pour que leur patron s’en mette plein les poches : nous sommes vraiment dégoûtés par leurs conditions de travail… Finalement nous ne partirons qu’avec 30 minutes de retard, et le lendemain nous arrivons, fatigués mais heureux de pouvoir enfin étirer nos jambes, à Cuzco!

Cuzco, l’ancienne capitale Inca 

Nous revoilà en plein milieu des montagnes puisque Cuzco se situe en fond de vallée à 3400m d’altitude. Nous y resterons deux jours pour visiter la ville et les sites incas à proximité: en deux mois de voyage, nous n’aurons jamais vu autant de touristes ! Il faut dire que la ville figure parmi les « must do » au Pérou, proximité du Machu Picchu oblige ! Vincent ayant déjà visité le Machu Picchu et une bonne parti des sites incas de « la vallée sacrée » il y a quelques années, nous préférons nous concentrer sur des sites moins connus mais non moins intéressants : les termes de Tambo Machay, les forts de Puca Pucara et de Sacsayhuaman, et le site de Qenko, tous à moins de 10 km de Cuzco.

Le site le plus impressionnant étant indéniablement Sacsayhuaman, immense bien que seul 20% du fort d’origine subsiste : en effet, suite à la prise de la ville par Francisco Pizarro en 1533, les Espagnols s’y sont allègrement servis en pierres pour construire leurs maisons et églises à Cuzco ! A l’origine la forme des remparts représentait une tête de puma, animal sacré pour les Incas. Comme pour chaque construction inca, chaque bloc de pierre est parfaitement assemblé et encastré avec les autres, et de nos jours on ne sait toujours pas quelle technique les Incas utilisaient. Ce que l’on trouve hallucinant, c’est que les Espagnols, avant de tout détruire, n’aient pas été fichus de demander aux Incas comment ils faisaient ?!? C’est d’autant plus hallucinant que la pierre la plus lourde du fort pèse plus de 350 tonnes et que les Incas ne connaissaient pas la roue…

Le centre de Cuzco quant à lui est parsemé d’anciens murs incas qui servent de fondations aux constructions coloniales (églises notamment) ou contemporaines (hôtels). Parmi elles, l’église Santo Domingo, construite sur le temple inca de Coricancha (qui était à l’époque inca recouvert d’or, plus maintenant bien sûr !), a été gravement endommagée à deux reprises suite à des tremblements de terre alors que le mur inca en dessous, dont les blocs sont parfaitement ajustés, n’a même pas une fissure ! A Cuzco, il ne faut pas non plus manquer la visite du Museo Inca : on y voit autre chose que des pierres (tissus, momies, poteries, armes etc…) et le musée est très bien fait.

En route vers l’altiplano !

Après cette pause bus – visites culturelles, nous reprenons nos vélos en direction de l’altiplano et du fameux lac Titicaca. On remonte pendant deux jours la vallée du rio Vilcanota jusqu’au col Abra la Raya à 4367m, qui une fois franchi nous propulse sur l’altiplano ! L’altiplano, c’est l’équivalent du plateau tibétain, les yacks en moins, mais les lamas et alpagas en plus ! Nous y retrouvons le ciel bleu, les nuages de pluie peinant à franchir la cordillère, mais surtout nous y retrouvons du plat et de grande lignes droites, ce qui nous permet d’augmenter notre moyenne kilométrique.  En cinq jours, nous serons à Puno sur les rives du lac Titicaca, à 400km de Cuzco ! Les derniers kilomètres, aux alentours de Juliaca, auront pourtant été particulièrement éprouvants pour nos nerfs : on se fait frôler à pleine vitesse par des camions incapables de freiner quand il y a une voiture en face ! Nous ne sommes pas les seuls à en pâtir, nous n’aurons en effet jamais vu autant de chiens morts le long des routes.

Au programme les prochains jours : visite de l’île Amantani et deux jours de vélos jusqu’en Bolivie !

EN PRATIQUE

Pour ceux que cela intéresse, voici le résumé de chacune de nos étapes :

Etape 33 : Huaraz (3100m) – 31km avant Conococha (3940m), 51km, +885m, -55m. Bivouac au milieu de nulle part !

Etape 34 : 31km avant Conococha (3940m) – col a 4120m – Barranca (65m), 168km, +390m, -4210m. Nuit à l’hôtel (20 soles).

Etape 35 : Cuzco (3420m) – Cusipata (3420m), 82km, +600m, -600m. Nuit à l hospedaje (15 soles), toilettes dans la cabane au fond du jardin !

Etape 36 : Cusipata (3420m) – 9km avant Aguas Calientes (3900m), 79km, +680m, -155m. Bivouac dans un champ chez l’habitant.

Etape 37 : 9km avant Aguas Calientes (3900m) – col Abra la Raya a 4367m – Ayaviri (3925m), 92km, +590m, -470m. Nuit à l’hôtel (19 soles).

Etape 38 : Ayaviri (3925m) – Juliaca (3838m), 96km, +255m, -242m. Nuit à l’hospedaje (15 soles).

Etape 39 : Juliaca (3838m) – Puno (3880m), 45km, +250m, -207m. Nuit à l’hôtel (20 soles).

Total depuis Quito : 2033km et 25340m de dénivelé positif.

Total au Pérou : 1113km et 8870m de dénivelé positif.

Album photos:

Pérou
Publicités
Catégories : Pérou | Étiquettes : , , , , , , , , | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “Huaraz – Puno : col à 4000m, retour au Pacifique, capitale Inca et altiplano !

  1. JoCo

    120 km de descente, bigre ! Ca doit être le pied.
    Pas trop d’échauffement de la roue avant ?

    • Non car le temps était couvert et il ne faisait pas chaud! On est descendus avec les gants et le bonnet jusqu’à 1500m d’altitude! De plus on n’a pas freiné tant que ça car la pente était inférieure à 5%.

  2. Annie

    Bonjour
    J’ai découvert votre site aujourd’hui … ça me rappelle des souvenirs car j’ai effectué un voyage similaire mais … en bus locaux ! Je ne sais pas comment vous faites pour pédaler à de telles altitudes (moi je ne réussissais pas à courir au lac Titicaca.).. Bravo !
    Par contre, pourquoi dire aux populations locales que « chez nous » les pieds, les pattes, les têtes c’est la nourriture des animaux… c’est faux !!!! vous n’avez jamais mangé de pâté de tête, de salade de museau, de joue boeuf ou porc sauce piquante, de tête de veau sauce gribiche, de pieds paquets !! de tête d’agneau grillées ou bouillies..mais où donc avez-vous vécus ? Dans un Mac-do ?. alors revenez vite, la gastronomie française vous attend. Et surtout ne ratez pas tous ces délices autour des abats et des tripes ; c’est la cuisine la plus inventive qui soit, partout dans le monde, parce que c’est aussi la cuisine du pauvre (et de l’écologiste qui ne jette rien). Vous répéterez 100 fois : dans le cochon tout est bon !!!
    (dès que j’arrive dans un pays, je file sur les marchés … pour manger des tripes et autres délicatesses dans les gargottes.)
    Je vous souhaite encore mille (et une) découvertes.
    Et merci de partager votre belle expérience.
    Annie

    • Merci Annie pour votre commentaire.
      On est pas McDo du tout, juste pas très viandivore, surtout Angélique qui pour sûr n’a jamais mangé tous ces plats que vous mentionnez!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :