Loja – Macara : la Panaméricaine se fait encore plus sauvage et cruelle !

Nous qui croyions en avoir fini avec les grosses difficultés et nous attendions à 4 jours de vélo relativement aisés jusqu’à la frontière péruvienne, nous n’avons pas été déçus ! On a encore  eu le droit à des pentes avoisinant les 10%, on a galéré sur 30km de piste à avaler de la poussière – une piste tellement pourrie qu’on ne pouvait parfois même pas pédaler en descente, on a sué des litres et des litres sous un soleil de plomb par des températures atteignant les 52 degrés au soleil, et on s’est fait bousculés par des bourrasques de vent à en être obligés de pousser le vélo…

Avec tout ça, nous aurons mis un jour de plus que prévu pour atteindre Macara, située à seulement 550m d’altitude. Et quelle fournaise alors que l’on descend des montagnes et que l’on se rapproche de la côte. Le paysage quant à lui n’a plus rien à voir, et la végétation est archi sèche : cactus, yuccas, acacias, et quantités d’arbres à épines… Les nuages porteurs de pluies rencontrés avant Loja n’arrivent visiblement pas jusque là, et les chèvres remplacent désormais les vaches !

La région est de plus très peu peuplée, peu de villes et nous aurons bivouaqué chaque nuit. Pas facile cependant de trouver des endroits plats et accessibles tellement les champs et bords de route sont entourés de barbelés. On s’est incrustés plusieurs fois dans des champs / cours privées sans pouvoir demander l’autorisation auparavant car ils étaient en dehors du village. Mais on s’est fait repérés à chaque fois ! Heureusement, les gens se rendant compte qu’on voulait juste un endroit pour se reposer, on a à chaque fois été bien reçus : « Siguan descanzando, no hay problema, nos vemos maňana » !

Au bout de 4 jours de ce régime, à pousser le vélo, suer et avaler de la poussière, Angélique rève d’une bonne douche et d’un jus d’orange bien frais car même l’eau que nous avons ne nous désaltère plus tellement elle devient chaude à cause de la chaleur. Et soudain miracle : nous traversons une rivière et elle est accessible ! On roulait habituellement à flanc de montagne et donc sans accès aux rivières qui elles bien sûr coulent bien plus bas, mais cette fois, nous sommes en fond de vallée. Aucune hésitation, nous poussons les vélos dans le chemin menant à la berge, nous sortons les maillots de bain, et hop : dans l’eau ! On y reste pendant 1h30 à patauger et se laver, et on repart en milieu d’après-midi, directement dans une côte où nous devons, encore, pousser les vélos !

Au sommet, nous atteignons le poste de douane situé une cinquantaine de km avant la frontière, et là miracle numéro 2 : la douanière voyant Angélique dégoulinant de sueur nous invite à l’intérieur et nous offre… un jus d’orange pressé sortant du frigo ! Trop trop bon ! On continue ensuite sur quelques km avant de se trouver un endroit de bivouac, de nouveau à coté d’une rivière. Mais être près de l’eau n’a pas que du bon finalement : on se fait dévorer par des mini-moustiques hyper voraces, ils ont particulièrement aimé les jambes de Vincent, le pauvre…

Le lendemain, après un dernier col sous une chaleur torride, nous atteignons enfin Macara ! Nous changeons nos derniers dollars contre des soles péruviennes, et le jour suivant nous passons la frontière !

EN PRATIQUE

Pour ceux que cela intéresse, voici le résumé de chacune de nos étapes :

Etape 19 : Loja (2180m) – col à 2700m – 14km après Catamayo (1705m), 49km, +960m, -1395m. Bivouac dans un champ non cultivé 2km avant le village de San Pedro de Benedeto.

Etape 20 : 14km après Catamayo (1705m) – Col à 2400m – 14km avant Catacocha (2010m), 36km, +1060m, -680m. Route en travaux après Valacruz (piste parfois impédalable !). Bivouac dans un terrain privé.

Etape 21 : 14km avant Catacocha (2010m) – 7km après Playas (980m), 34km, +365m, -1310m. On retrouve le goudron à Playas. Bivouac en bordure de route.

Etape 22 : 7km après Playas (980m) – 3km après El Empalme (700m), 32km, +555m, -835m. Bivouac au bord de la rivière.

Etape 23 : 3km après El Empalme (700m) – col à  1280m – Macara (550m), 40km, +775m, -895m. Nuit à l’hôtel (14$).

Total depuis Quito jusqu’à la frontière péruvienne à Macara: 23 jours de vélo, 920km et 16470m de dénivelé positif.

Publicités
Catégories : Equateur | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :